Carmen de Fontenay  

Transhumance  

Transhumance
© Carmen de Fontenay

 

Lever 6h, la mer est toujours là, la nuit aussi, et l’air est délicieusement chaud … le vent du sud ; j’avale un café, une tartine et je monte sur mon fidèle destrier (mon scooter), direction Ascain  (je tangue car il y a de sérieux coups de vent, je me demande si je vais y arriver), le jour se lève et j’aperçois la Rhune au milieu de la brume.

 

Aujourd’hui, c’est la montée de la Rhune jusqu’à Koralhandia, corral, comme son nom l’indique en basque, aménagé pour le rassemblement des Pottoks, avant la «transhumance» organisée par les éleveurs et quelques bénévoles qui les accompagneront jusqu’au village, au pas de course, et quelquefois «au galop» pour certains.

 

J’y ai été invitée par des confrères amis photographes et je ne regrette pas mon lit, ce matin. Le paysage est magique, la montée aussi, je ne penserai à mon dos et à mes jambes que le lendemain…

 

L’effort déjà est récompensé dès les premières minutes quand j’aperçois mes premiers Pottoks, pas du tout d’accord d’ailleurs pour se laisser attraper par les éleveurs qui vont les rabattre vers le corral.

 

Ces petits chevaux, avec leurs cheveux-crinières, les petits collés aux mères et quelques mâles impétueux et majestueux sont craquants. Je vois quelques hommes, émus jusqu’aux larmes devant ce spectacle matinal, l’un d’eux me confie : «ici c’est la liberté, en bas ils deviennent fous…», j’ai l’impression qu’il me parle de lui.


www.lapucephotographe.free.fr

Exposition