July Gaudet

La simplicité du ruisseau

Lesaka plazan eta Erakusketa Zilaegia elkartean.

Place de Lesaka + Expo Association Zilargia

©July Gaudet
©July Gaudet

L'eau d'ici, ce fluide mouvant, à densité changeante.

 

Une cabane en forêt. Un ruisseau.

Une symphonie de silences entre deux flots.

Quelques mésanges nous graciant de leurs chants...

La nature est un char d'allégories qui s'observe à genoux.

Perfection. Même dans l'ascétisme des hivers de glace.

 

C''est dans la nuit blanche que nous implorons le jour.

C'est aussi dans le froid humide que la mort doit être vaincue.

Submergés, tel le grain tombé dans un torrent hostile.

 

Plus l'hiver est rude, plus les eaux sont épaisses et dures.

À première vue, l'impossible est plus apparent que le miracle.

Il nous faut croire encore en cette loi naturelle qui viendra soulager la rudesse des intempéries : le retrait des couleurs, des odeurs, le silence d'une faune endormie, des oiseaux en exil, tels que nous le sommes vers l'intérieur. À visages pâlis... la traversée du désert blanc.

 

Puis le Soleil vient embrasser l'hiver. Il liquéfie le durcissement et assèche le trop plein.

Renaissance par l'eau des fontes : douceur au coeur et violence des flots,

Tel l'accouchement d'une Promesse cachée dans l'insoupçonné :

Une semence dans le fond d'un fond, improbablement trouvée du rayon!

 

Mine d'or mine de rien. La semence n'est plus.

Imbibée des eaux, attirée par la Lumière, elle fonde racine et l'arbre naît.

Faune et flore s'en rassasient, tant que debout dans sa pleine nature,

Elle unifie terre et ciel.

 

À coeur qui se réjouit encore de tant de beauté dedans-dehors,

Pour l'oeil gracié du merveilleux, tout est plus grand que joie,

C'est un Alleluia!!!

en voir +

Écrire commentaire

Commentaires : 0