David Sursin

Destination finale

Grand format entre les platanes de la rue Ernest Fourneau

© David Sursin
© David Sursin

La route, c’est le voyage, le dépaysement, les paysages, les rencontres... J'ai sillonné la France en long, en large et en travers à la découverte de véhicules oubliés qui ont atteint depuis de nombreuses années leur « Destination finale ».


Les dénicher n’est pas chose facile. Une fois découverts, ils semblent vouloir communiquer avec leur visiteur du jour …

 

La mythique coccinelle, perdue avec quelques congénères au fin fond d’une forêt… Les épaves de la forêt … Réveil matinal ce jour-là d’hiver, légère brume matinale et quelques rayons de soleil qui percent à travers les arbres … 

 

David SURSIN a débuté la photo en tirant le portrait de ses proches. Il découvre la photographie de lieux à l’abandon par hasard par un reportage à la télé début 2016.


Ecumant les friches industrielles de sa région, sa boulimie l’a vite obligé à parcourir la France. En quête de lieux toujours plus « photogéniques ». David SURSIN projette également d’investir l’Europe dans un futur proche.

 

Le travail de recherche fait partie intégrante de la discipline. S’armer de patience, analyser le moindre indice disponible, persévérer, trouver enfin ; ses amis proches le surnomment Sherlock Holmes…

 

L’esthétique est primordiale : vieilles pierres, objets poussiéreux, jeux de lumière, couleurs défraichies, végétation luxuriante reprenant ses droits…
La maîtrise technique est alors indispensable. Il explique avoir énormément appris depuis ses débuts et confesse que beaucoup lui reste encore à apprendre…

 

Au-delà de l’esthétisme, le message photographique est également humain et conduit à s’interroger sur l’histoire des lieux, les raisons de leur oubli, de leur délabrement, et leur avenir à court, moyen et long terme …

 

Véritable « Archéologue des temps modernes », comme on aime à le surnommer au club photo.

 

Commentaires : 0