Maxime Crozet

La route

Grand format XXXXXX et exposition au Restaurant Larralde

La route © Maxime Crozet
© Maxime Crozet

Sur la route, errances, sans autre but que d’aller, sans autre guide que le regard qui nous porte d’un lieu à un autre. Arracher un peu les instants où l’ailleurs se fixe et devient ici la possibilité de ce désir d’être parti, de ne revenir que pour renouveler le départ.

Elle fait partie de l’essence même de mes rêves. Ce qui m’importe le plus est d’être à son contact et de suivre quelques-uns de ses chemins.

 

La route. « Mythique ou mystique, fascinante et meurtrière, libératrice et oppressante, chemin vert ou autoroute polluée, elle ne peut laisser indifférent. Ceux qui la prennent n’en reviennent jamais indemnes ». La route m’accompagne de jour en jour, de kilomètre en kilomètre, de sentiers plus ou moins glorieux, de pistes reconnues aux itinéraires délaissés. En bus, en train, le pouce en l’air, à vélo ou encore à pied, elle m’offre ses secrets et étanche ma soif de liberté qui me mène à la rencontre du monde, des autres et de moi-même. Au-delà de l’usage et de l’usure du voyage, elle me renvoie sur le sens de mes motivations et de mes actes. J’avance vers quelque chose que je ne peux saisir et en même temps je ralentis ou recule face à la rapidité du monde qui avance. « Routard ou zonard, nomade ou sédentaire, que cherche l’errant au bout du chemin ? L’épreuve de la route ou les preuves de la déroute? » 

 

maximecrozet.wixsite.com/photography

Né en 1985, Maxime Crozet est technicien audiovisuel de formation. En soif de liberté, d’ évasion, de lumière, il se lance en 2007 dans un voyage de deux ans autour du monde, en solitaire, en se déplaçant au maximum par la voie terrestre. Lieu après lieu, rencontre après rencontre, il collecte de nombreux portraits de ses rencontres. Ouvert sur d’ autres cultures, d’autres façons de vivre, d’ autres langages et d’ autres croyances, son intention première est de livrer tels quels des instants de vérité et d’ ailleurs.

 

Début 2011, il reprend l’ aventure avec toujours pour fil conducteur la route. Il traverse pendant neuf mois l’ Europe et le Proche-Orient, puis fait le tour du continent noir durant seize mois. Globe trotter avant tout, Maxime laisse une part au travail photographique de plus en plus importante au cours de ses voyages. Il utilise du matériel léger pour ses prises de vue et privilégie la lumière naturelle. En 2015, il se lance dans un nouveau périple de six mois aux frontières orientales de l’Europe, dans une réelle démarche photo-journalistique et artistique.

 

Commentaires : 0