Servane Etchegaray

Sur la route

Grand format sur la grille entre l'Office de Tourisme et l'Atelier de l'association Zilargia

Exposition à l'Office de Tourisme

Sur la route © Servane Etchegaray
© Servane Etchegaray

Ma route à moi est donc celle de l'intérieur. Le besoin de savoir qui l'on est et où l'on va. Ce qui a été accompli, ce qui reste à faire. De l'enfance à l'âge adulte et à la porte du déclin, j'ai ressenti le besoin de faire le point, de savoir qui je suis. 

 

La vie se nourrit de ses rencontres. Il en est qui marquent plus que d'autres et j'ai voulu retracer mon chemin au travers de ces personnes importantes dans lesquelles je me suis aperçue. Ma fille tout d'abord dans l'insouciance et la complexité, l'élève, miroir de l'«inconfiance» qui m'a donné de la crédibilité, l'amie qui m'a fait réfléchir, la femme généreuse et la danseuse qui incarne le mouvement et le dépassement de soi.

 

Un bout de chemin qui s'écrit en noir et blanc, le «tout ou rien», au féminin, dans la rondeur, le sourire et l'énergie, dans des lieux dépouillés, vides, qui laissent la place au sujet. L'improvisation est le maitre mot de cette série. Le modèle ne sait pas ce que je cherche en lui, moi je le devine et ma photo l'exprime.

 

La route est encore longue et la quête de lumière, infinie.

 

 

artekoa.fr

Un jour un homme sage m'a dit  «il n'est de chemin favorable pour celui qui ne sait où il va»

9 ans après, ces paroles raisonnent à la lecture du thème de ce concours et de la voie que j'ai suivie depuis, celle de la Photographie.

 

Autodidacte mais passionnée, je me suis installée comme photographe en juin 2008 après avoir été éthologiste et chargée de développement local. Naturellement je me suis orientée vers les particuliers,  une clientèle familiale, un travail axé sur l'humain. J'exerce en lumière naturelle et «  à domicile  » pour favoriser la spontanéité et la beauté de l'instantanéité.

 

J'ai eu l'occasion d'exposer en 2010 à Bidache, «  premiers pas  » au grain à moudre,  et en 2011 à  l'office de tourisme de La Bastide Clairence en marge de la fête du pont du port. Je me suis consacrée à faire vivre mon entreprise les années suivantes et tente de nouveau, aujourd'hui,  de m'exposer au travers d'un travail qui a évolué.

 

Au départ une passion, la photographie est devenue mon métier, j'aimerais aujourd'hui qu'elle soit mon art. Cette voie professionnelle et ma vie ont évoluées parallèlement. Elles ont finies par se croiser. C'est alors que j'ai ressenti le besoin d'exprimer cette transition intérieure au travers de la photographie.

 

Commentaires : 0