Hélène Valenzuela

Un monde parallèle, infirmières à domicile

© Hélène Valenzuela
© Hélène Valenzuela

Cette série en cours intitulée « Un monde parallèle, infirmières à domicile » témoigne du vécu des soignantes, véritables piliers, au domicile des patients les plus fragiles.

 

Elle questionne ce lien sans filtre entre soignants et soignés, lorsque la maladie ou le grand âge changent les priorités. Ce monde parallèle que l’on ne soupçonne pas lorsqu’on est bien portant, loin des strass et des paillettes, là où il n’est plus question de faux-semblants.

 

J’ai souhaité mettre en lumière ces Femmes impliquées au quotidien, prenant soin de leurs patients, jour après jour, sans qui ne pourrait se faire un maintien à domicile.

 

Le CORONA Virus a exacerbé  les problématiques de la profession, comme en témoigne Corinne infirmière libérale : « Les infirmières libérales se sont senties bien seules dans cette crise du CORONA Virus. Quand il n’y avait plus les familles (confinées et interdites de visite), lorsque les médecins de ville se sont concentrés sur les potentiels COVID (visites et renouvellement de traitement ont attendu) et le 15 était strictement à éviter, lorsque les aides ménagères ont arrêté de passer au domicile, lorsque les auxiliaires de vie ont diminué voir stoppé leurs prestations avant de pouvoir s’organiser, les infirmières étaient là pour maintenir le bateau à flot ».

 

Ce cri d’alerte m’a plus que jamais donné envie de témoigner de leur engagement.

 

J’ai décidé de porter un focus spécial aux Femmes, car c’est une profession majoritairement féminine, même si les hommes sont de plus en plus nombreux.

Ce sont encore les stigmates de l’Histoire de cette profession organisée au départ par les institutions religieuses lors des grandes épidémies, par les femmes bénévoles en temps de guerre. Mai 68 va faire évoluer la profession qui se libèrera quelque peu des concepts d'obéissance, de soumission et de charité en brisant le carcan très patriarcal.

Quand bien même, cette profession largement féminisée peine à se faire reconnaître. Elle traine encore de nos jours les concepts de don de soi , d’abnégation, et le fait que ce soit principalement des femmes n’y est pas étranger.

 

Souvent oubliée, la profession mal défendue est en manque de reconnaissance. La durée de vie professionnelle d’une infirmière libérale ne dépasse pas les 9 ans, études incluses.

Les conditions d’exercice aux horaires difficiles, tôt le matin, tard le soir, dimanche et jours fériés, voit un grand nombre de femmes en famille monoparentale.

 

Lieu d'exposition : 

  • Grand format sur le fronton Plazan face au bar Plazan ostatua - place Pierre Loti
  • Exposition Hôtel de la Rhune, place Pierre Loti

 

helenevalenzuela.com

Commentaires: 2
  • #2

    R (mardi, 04 mai 2021 17:06)

    OK

  • #1

    Valenzuela (mardi, 04 mai 2021 17:03)

    OK