Nathalie Guironnet

Le Caire au féminin

© Nathalie Guironnet
© Nathalie Guironnet

Elle serait une femme ordinaire, dans un autre pays. Dans le sien, en Egypte, ce qu’elle fait n’est pas commun et elle représente une nouvelle génération de femmes autonomes qui

se battent pour réaliser leurs rêves.

Elle participe ainsi, à sa manière, à ouvrir une nouvelle voie vers la liberté et l’épanouissement des femmes dans un pays encore très conservateur.

Engy est la première ballerine voilée de son pays, démontrant ainsi qu’on peut atteindre ses rêves tout en respectant ses convictions religieuses.

 

En Egypte, la danse est mal considérée car souvent associée à la séduction (danse du ventre). De nombreuses familles conservatrices refusent que les filles apprennent le ballet.
Bien que d’une famille plus ouverte, ce n’est qu’à l’âge de 27 ans que Engy El shazaly, passionnée depuis son enfance, saute le pas et prend son premier cours de danse.
Depuis, elle s’est faite connaître comme la première ballerine voilée de son pays. «Le hijab n’est pas un obstacle pour atteindre ses rêves». Il est un signe de dévouement à sa religion. Et malgré les nombreuses critiques, Engy a démontré qu’il était possible de danser avec style et modestie tout en portant le voile.
Aujourd’hui, la ballerine donne des cours aux jeunes filles dans une école, et elle entreprend d’ouvrir prochainement sa propre académie pour adultes car «il n’est jamais trop tard pour atteindre ses objectifs et l’on n’est jamais trop vieux pour rêver».
Son rêve à elle c’est de danser à l’opéra de Paris.
«Si vous avez un rêve vous devez croire en vous, qui sait, ça pourrait devenir la réalité ?»

 

Lieu d'exposition : 

  • Sur le fronton Plazan face au bar Plazan ostatua - place Pierre Loti 

www.nathalieguironnet.wixsite.com/reportages

Commentaires: 2
  • #2

    R (mardi, 04 mai 2021 12:38)

    ok, c'est fait !

  • #1

    GUIRONNET (mardi, 04 mai 2021 11:33)

    Bonsoir, voici quelques modifications à apporter :
    le titre de la série : Le Caire au féminin
    Au texte que vous avez, on pourrait compléter avec celui-ci :
    En Egypte, la danse est mal considérée car souvent associée à la séduction (danse du ventre). De nombreuses familles conservatrices refusent que les filles apprennent le ballet.
    Bien que d’une famille plus ouverte, ce n’est qu’à l’âge de 27 ans que Engy El shazaly, passionnée depuis son enfance, saute le pas et prend son premier cours de danse.
    Depuis, elle s’est faite connaître comme la première ballerine voilée de son pays. « Le hijab n’est pas un obstacle pour atteindre ses rêves ». Il est un signe de dévouement à sa religion. Et malgré les nombreuses critiques, Engy a démontré qu’il était possible de danser avec style et modestie tout en portant le voile.
    Aujourd’hui, la ballerine donne des cours aux jeunes filles dans une école, et elle entreprend d’ouvrir prochainement sa propre académie pour adultes car « il n’est jamais trop tard pour atteindre ses objectifs et l’on n’est jamais trop vieux pour rêver ».
    Son rêve à elle c’est de danser à l’opéra de Paris.
    « Si vous avez un rêve vous devez croire en vous, qui sait, ça pourrait devenir la réalité ? »

    Merci !