Francesca Di Bonito

Migrations

© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito

Migrations est une recherche sur les flux cycliques qui habitent les corps biologiques et sociaux. Une expérience visuelle et plastique qui étudie la migration au sens large, à la fois phénomènes de déplacement et transformation des vivants. Fflux géographiques motivés par des impératifs économiques et politiques, mais aussi flux temporels où l’individu se retrouve confronté à la puissance des cycles de la vie – reproduction, naissance, vieillissement, mort. Les cycles biologiques (corps vivants) et les déplacements de populations (corps sociaux) se retrouvent ainsi dans un même mouvement, élans naturels et impérieux qui s’interpénètrent. Migrations est un projet pluriel, dans ses formes et dans ses lectures. L’installation in loco est conçue pour retranscrire la notion de flux : sans réel début ni fin, elle tisse un réseau de signifiants qui se répondent et se répètent au gré du chemin choisi, sans lecture directionnelle ni dirigée. 

 

 

BIOGRAPHIE

Francesca DI BONITO (1978, Italie), vit et travaille à Paris depuis 2004.

Elle puise dans ses études artistiques et dans son expérience du reportage la matière d’une œuvre hybride et protéiforme. Photographe et plasticienne, elle interroge les dynamiques sociétales au centre des enjeux contemporains. Francesca Di Bonito emprunte au répertoire médiatique ses outils, ses thèmes majeurs ou ses actualités, pour les fondre dans l’expérience artistique et leur donner un volume plastique et une nature inédits. Une métamorphose de l’information s’opère ainsi, par le détournement du visuel documentaire et de sa lecture. Artefacts et simulacres, rapprochement incongru des contraires, à la frontière entre réel et fiction. 

 

Lieu d'exposition : Galerie Izartea, Bayonne

 

www.francescadibonito.com

© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito

© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito

© Francesca Di Bonito
© Francesca Di Bonito
Commentaires: 0