Jean-Pierre Pujos

Des chiens, leurs bergères et leurs bergers

© Jean-Pierre Pujos
© Jean-Pierre Pujos

Un chiffre à retenir.

La Manex Tête Noire, race endémique du Pays Basque, a perdu plus de 60% de ses effectifs depuis les années 1980. Cette chute vertigineuse s’explique par les départs à la retraite sans succession, et surtout par les conversions vers des races plus laitières qui deviennent fréquentes. Adaptée aux systèmes traditionnels transhumants, la Tête Noire a pris du retard sur la production laitière ces dernières années. Ceci s’explique aussi par les divergences entre les éleveurs dans les orientations de sélection.

Dans le but de consolider un schéma de sélection commun à tous, l’association Buru Beltza travaille en collaboration avec le Centre Ovin sur les critères de rusticité de la race et de typicité de la brebis.

L’objectif est de fédérer le maximum d’éleveurs au sein du même projet collectif pour « une belle Manex Tête Noire qui nous fait vivre ». En 2013, une étude technico-économique menée par l’association démontrait que malgré sa productivité, la Tête Noire reste une race largement

compétitive. Une longue transhumance, cela signifie moins de charges pour l’éleveur. Dans un

contexte de forte volatilité des prix d’achats et notamment des céréales, l’élevage d’une race

rustique et économe est un atout considérable. Cela permet d’exploiter les ressources locales à

travers des systèmes qui privilégient l’autonomie et la qualité des produits reconnus par des signes officiels de qualité.

Au-delà de l’aspect économique, la Tête Noire permet d’entretenir la montagne. Quoi de plus beau que de se promener et de rencontrer cette belle brebis sur les parcours estivaux ? La montagne est plus qu’un écosystème, c’est aussi les exploitations qui en vivent et qui la font vivre, c’est une biodiversité à préserver, c’est l’installation de jeunes qui la préserveront à leur tour, c’est un tissu rural autour des fermes. Le travail de sauvegarde de la Manex Tête Noire doit se mener en collectif et sur du long terme, c’est l’avenir de tout un territoire qui est en jeu !

 

Créée en 2010, l’association Buru Beltza vise à défendre et promouvoir la Manex Tête Noire, à

maintenir les systèmes transhumants et à pérenniser les petites exploitations de montagne au

Pays Basque.

 

Lieu d'exposition : Restaurant Larralde

 

pujos-photographie.fr

© Jean-Pierre Pujos
© Jean-Pierre Pujos
© Jean-Pierre Pujos
© Jean-Pierre Pujos

Commentaires: 0