Maya Paules

©Maya Paules
©Maya Paules

Solastalgia

 

Orin mars à mai 2020:

 

Ces deux mois de confinement que j’ai vécus seule avec mes deux enfants ont fait ressurgir en

moi un sentiment d’urgence...

Ces dernières années, j’ai vu les lieux sacrés de mon enfance subir des destructions irréversibles et ressentais cette profanation dans ma chair.

Ici, une route à 90 millions d’euros scarifiant la forêt de mon père, là, un pont pharaonique sur les berges du Gave qui m’ont vue grandir...

C’est la mémoire de ces lieux que j’ai voulu évoquer ici, à travers mes enfants; cet espace-temps

révolu, celui de mon enfance, où la magie opère: celle des chenilles et des crapauds, des arbres

qui deviennent des mondes ou des refuges, celle de l’eau et des pierres. Où chaque forme de vie

devient protagoniste d’une histoire fabuleuse qu’on se raconte: «on disait que... »

Où les « bruits de la terreur » ne m’atteignaient pas encore, où ils n’atteignent pas mes enfants.

 

Solastalgia est pour moi une façon de conjurer l’effondrement qui vient.

 

La solastalgie ou éco-anxiété est une forme de souffrance et de détresse psychique ou existentielle causée par exemple par les changements environnementaux passés, actuels et attendus, en particulier concernant le réchauffement climatique et la biodiversité.

 

mayapaules.fr

 

Commentaires: 0