Sébastien Husté

6 femmes pour un festival

© Sébastien Husté
© Sébastien Husté

Ostréicultrices, mytilicultrice, employées dans une mine de charbon en Pologne et matelot. Ces femmes ont fait le choix de pratiquer un métier autrefois réservé aux hommes, pourtant leur présence dans ces milieux professionnelles sont souvent ignorées. Les gens n’imaginent pas ce qu’elles font, ils ne savent pas à quel point elles se révèlent efficaces et indispensables au bon fonctionnement d’une entreprise.

 

Leur courage, leur dextérité, n’a rien à envier aux hommes avec lesquels elles passent la nuit ou la journée de travail. Comme eux, elles sont sûr tous les fronts, elles aussi vont aux ‘’charbons’’ ! et c’est peu de le dire pour certaines. Elles accomplissent des gestes identiques à leurs collègues masculins, leurs compagnons ou leurs maris. 

 

Sur l’eau ou sur terre, les contraintes et les conditions difficiles sont les mêmes pour ces partenaires de sexe opposé. Mais si les femmes ne sont pas toujours forcément soumises aux mêmes taches que les hommes, leur courage et leur persévérance doivent s’égaler pour résister aux inconvénients de leur milieu. De jour ou de nuit, par tous les temps, le bruit, la poussière, le froid ou la chaleur… autant d’agressions auxquelles leur mental féminin doit s’adapter pour remplir des conditions indispensables à l’accomplissement de leurs missions.

 

Peu se plaignent, tandis que d’autres s’épanouissent, s’affirment, se redécouvrent ‘’Femmes’’ à leur manière, loin des emplois classiques vers lesquels elles se dirigent habituellement. 

Celles-ci étonnent, surprennent, surpassent certains hommes qu’elles côtoient au quotidien, quand ces derniers doutent ou souffrent en silence, afin de ne pas perdre leur statut historique et exclusif du travailleur à la force et à la domination immuable.

 

Les mains dans l’eau, dans la terre ou noircies par le charbon, les gestes qu’elles accomplissent au même titre que les hommes, laissent peu de temps à la réflexion sur la place des femmes dans notre société. Elles n’en pensent pas moins, mais sur le lieu du travail on ne débat pas, sur un chantier on constate les actes, ici pas d’opposition entre hommes et femmes, mais une complémentarité professionnelle et un respect qui s’impose naturellement.

 

J’ai exploré et photographié cet envers du décor, ces femmes parmi les hommes, discrètement, pour ne pas bousculer leurs pudeurs ou leur timidité. Je les ai longuement observés, pour en saisir les gestes et les émotions qui se lisent parfois sur leurs visages, et capter, entre force et féminité, cette harmonie qui prouvent qu’elles ne font pas semblant.

 

Lieu d'exposition : 

  • Grand format sous la halle du marché - place Pierre Loti
  • Exposition Restaurant Etorri, rue Ernest Fourneau

 

sebastienhuste.com

Commentaires: 0